• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Recensions

Laurent Schang visionnaire ? Retour sur la situation en Ukraine avec « Kriegspiel 2014 »…

Nous vous invitons à lire ici un extrait du dernier roman de Laurent Schang, « Kriegspiel 2014 » sorti en septembre 2013 aux éditions Le retour aux sources et qui dénote d'une étonnante anticipation…


Kyiv se réveilla le 22 décembre après une nuit de solstice étoilée.
Pas de doute, les colleurs d’affiche avaient bien travaillé. Seul un citadin aveugle et sourd eût pu continuer d’arpenter la ville en ignorant les élections présidentielles anticipées. Partout, sur tous les panneaux publicitaires, les murs libres d’écriteaux, Oligarque Premier (qui contrôlait les robinets d’arrivée de gaz), costume Gucci, cravate Armani, et Oligarque le Second (qui contrôlait les robinets d’arrivée de pétrole), costume Armani, cravate Gucci, étalaient format 4 par 3 le même sourire doux et indulgent. La campagne promotionnelle du dernier sandwiche bio de l’enseigne états-unienne Starway battait son plein.
Peu à peu des groupes se formèrent en silence sous les abris d’autobus. Le long des artères principales, les néons des réverbères s’éteignaient les uns à la suite des autres.

Recension de « Kriegspiel 2014 » sur « Le Matricule des Anges »...

Ce livre ne ressemble à rien de connu. Récit uchronique d'anticipation militaire, essai de stratégie sur la guerre, le qualifier c'est trouver autant de thèmes qu'il contient de chapitres. En 2014, la planète vit une énième guerre mondiale.

Laurent Schang en détaille le déroulement militaire et diplomatique : des cartes, des récits de batailles, des fac-similés de documents secrets. Le lecteur est aux premières loges pour cette pièce tragi-comique où l'ironie est permanente. Au rebut les prophéties des experts qui annoncent une prochaine guerre surtout informatique et financière : le nouvel ordre sera bâti sur un conflit classique de conquêtes de territoires. Pour appuyer sa thèse, Laurent Schang invoque les grands noms de la stratégie (von Clausewitz, Mackinder, Spykman) et les écrivains voyageurs (Hugo Pratt, Pierre Loti).

Propose une longue interview de l'empereur du Saint Empire fédéral paneuropéen Ferdinand Zvonimir Ier, excellent exposé de politique fiction. Suivent les annexes, comme autant de courts traités. Poutine, Obama, Bush virevoltent dans cette facétieuse, et pourtant très sérieuse, déconstruction du monde. L'avenir tranchera.

KRIEGSPIEL 2014
de LAURENT SCHANG
Le Retour aux Sources, 168 pages, 15€
Source.

Jean-Marie Le Pen commente « Survivre » de Piero San Giorgio !

Dans son Journal de bord n°352, Jean-Marie Le Pen s'est fendu d'un commentaire du livre de Piero San Giorgio, Survivre à l'effondrement économique ! (à partir de 13'10)
Bonne surprise ! Jean-Marie Le Pen est le premier homme politique français qui nous fait l'honneur de commenter l'une de nos publications. Preuve s'il en faut, qu'elles sont de plus en plus d'actualité...


Toutes les semaines, retrouvez le blog vidéo de Jean-Marie Le Pen...

Recension de « Survivre à l’effondrement économique » sur « La rando du coeur »...

Que ce soit en France ou ailleurs, nous arrivons au bout de l’impasse économique, les impôts sont au maximum, les recettes fiscales ne sont pourtant pas au rendez-vous, le déficit va bien sûr augmenter par rapport aux prévisions, beaucoup d’entrepreneurs assommés par les charges et sans aucune visibilité quittent la France et les investisseurs ne veulent plus y venir. Sans parler des catastrophes naturelles qui peuvent toucher n’importe quel pays.


Sommes-nous préparés? Que faut-il faire? Il existe de très peu de manuels de survie comme celui de Piero San Giorgio qui traite réellement de ce genre de problème à venir. Ce dernier expose les raisons pour lesquelles il faut se préparer à un véritable effondrement des bases matérielles de notre monde contemporain, quels sont les scénarios possibles de cet effondrement, et surtout comment s’y préparer. Nous nous sommes procurés cet ouvrage très complet et nous trouvons que tous les points essentiels à la survie  y sont exposés. Un livre qui peut vous sauver la vie comme le dit si bien Piero! Grâce à une approche ludique mais précise de plus de 400 pages, l’auteur met à la portée de tous, les enseignements essentiels à la survie. Un outil indispensable, selon nous, pour  faire face aux situations les plus extrêmes.

Le capitalisme : un génocide structurel… ou les mécanismes meurtriers de la mondialisation néolibérale

Avec la précision d’un procureur aguerri, Garry Leech révèle que la puissance qui gouverne le monde à notre insu est responsable de dizaines de millions de morts chaque année. Ses actes sont froidement calculés ; ses crimes, prémédités ; les preuves, indiscutables.


Mais le monstre n’a pas de visage, ou plutôt il en a mille. Mu par une avidité sans limites, il contrôle tout, avale tout, détruit tout. Son nom : la mondialisation néolibérale ; son géniteur : le capitalisme.

Puisant dans l’histoire bouleversante des paysans dépossédés de leurs terres au Mexique et en Inde, dans celle des Africains qui meurent par millions chaque année faute de soins, Garry Leech démonte méthodiquement les mécanismes meurtriers de la mondialisation néolibérale et livre un réquisitoire implacable sur la nature génocidaire du capitalisme.

Ouvrage essentiel et révélateur, « Le Capitalisme : Un génocide structurel » ne se contente pas de dresser l’acte d’accusation du capitalisme et de remettre en cause la mondialisation néolibérale, il montre aussi comment les révolutions d’Amérique Latine peuvent établir les fondations d’une alternative mondiale viable, plus égalitaire, plus démocratique.

Cet économiste chinois que les Anglo-Saxons ne souhaitent pas traduire...

Très critique sur le principe d’un système de monnaie unique, Currency Wars, de Hongbing Song, s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires dans son pays.


Qui avait entendu parler en France d’un ouvrage chinois sur la guerre des monnaies ? Son auteur Hongbing Song est une personne influente dans son pays. Il a l’écoute d’un certain nombre de personnalités du Comité Central du Parti Communiste. Paru en 2007, juste avant le début de la crise financière occidentale, Currency Wars est devenu un véritable best-seller en Chine puisqu’il a été vendu à plus de deux millions d’exemplaires.

Son contenu déroule l’histoire de la construction du système monétaire occidental depuis les deux derniers siècles. Il s’agit d’une grille de lecture sur la construction d’un mode de domination marqué par de multiples rebondissements depuis l’ère des Rothschild jusqu’à la configuration anglo-saxonne du modèle financier actuel. Hongbing Song est un chercheur en économie qui a passé plusieurs années aux Etats-Unis.