• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Notre profession de foi

Notre profession de foi


À l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie.

Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

Nous voulons qu'à nouveau, le livre serve à comprendre la réalité au lieu de la travestir. Nous voulons que le livre apprenne au lecteur l’art de transformer le réel. Nous voulons rappeler qu’un livre est un acte.

C’est pourquoi nous refusons la déconnexion entre littérature et réalité. Nous voulons des romans noirs qui disent les banlieues ethniques, plus de fables politiquement correctes. Nous voulons des romans sentimentaux qui disent la guerre des sexes, marre des bluettes. Nous voulons des romans initiatiques qui préparent leurs lecteurs à surmonter le chaos, parce que le chaos sera bientôt notre réalité.

Pour opérer ce retour de l’art vers le réel, nous entendons rester à bonne distance du système. A nos yeux, dans tous les domaines, le bloc institutionnel est déconnecté du principe de réalité. Cela est vrai dans le champ politique. Cela est vrai dans le champ économique. Cela est vrai aussi dans le champ culturel.

Imaginez : vous êtes devant la télévision. Vous regardez une série française. Cette série vous parle d’une société où les politiciens corrompus sont l’exception, où les immigrés se sentent bien dans leur peau, où les conflits de classe opposent principalement des petits patrons à leurs employés ; une société où les hommes et les femmes s’aiment, tout simplement.

Comparez cette fiction à votre réalité.

Vous vivez dans une société où politicien et escroc sont pratiquement devenus des synonymes. Vous ne savez rien des immigrés qui habitent la cité à côté de votre résidence, sauf qu’ils vous haïssent. Vous êtes sans doute bien placé pour savoir que la classe moyenne crève la gueule ouverte, dressée à consommer, et bientôt sans pouvoir de consommer. Vous êtes peut-être divorcé, ou bien la majorité de vos amis le sont. En fin de comptes, ce que vous vivez, c’est la guerre de tous contre tous – classe contre classe, race contre race, sexe contre sexe.

Rendez-vous à l’évidence : la téloche ne parle pas du monde où vous vivez. Elle ne parle pas de votre France. Elle parle d’une France imaginaire. Elle tend un voile entre les citoyens et le réel.

Nous voulons déchirer ce voile. Nous voulons creuser une faille dans le continuum culturel institutionnalisé. Nous voulons que la fiction construise à nouveau une surréalité vraie, au lieu d’une fausse réalité. Nous voulons recréer le sens qui, en rendant le monde pensable, délivre de la fausse évidence. Nous allons nous redonner les moyens de dire non à un monde sans lois, parce que nous parlerons de la Loi.

Tout cela, nous choisissons de le faire par le livre, parce que le livre est l’ennemi du pouvoir. Il est le concept, le fondement de la Loi, le Verbe. Le livre est le point de départ du monde mental collectif. Ecrivez un livre, et vous nourrirez d’autres auteurs, mais aussi des cinéastes et des journalistes.

D’où scriptoblog.com, un petit espace de dialogue non médiatique, de personne à personne, parfaitement ouvert – l'esprit Internet, mis au service de la création littéraire. Et parce que nos idées sont aujourd'hui bannies de la sphère institutionnelle, parce que nous savons qu’il nous sera difficile de nous faire connaître, nous avons couplé cet espace de dialogue avec un service de micro- édition.

Ce site est destiné à tous ceux qui veulent, en écrivant, en lisant, en échangeant, refaire un sens, retrouver le goût du combat, refuser la passivité. Tous ceux qui ont quelque chose à dire et du mal à se faire entendre sont les bienvenus. Si vous parlez français, si vous voulez parler franc, alors vous serez des nôtres.

Rejoignez-nous, restez vivant.

Signé : les membres fondateurs de Scriptoblog

Il faut être connecté pour poster.