• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Notes sur oeuvres

300, le message

casque_croquis

"300" : film racontant comment quelques spartiates, regroupés par leur roi Léonidas, défendent leurs terres face à l'empire perse. Bataille des Thermopyles : un haut fait d'armes grec, acte héroïque et sacrifice suprême.

Une poignée face à une multitude, la stratégie face au nombre, la liberté face à la tyrannie : le décor est planté.

Les critiques venimeuses des médias dominants ne se firent pas attendre. "Film nazi", "idéologie d'extrême droite". Rien que ça.

La condamnation fut quasi-unanime chez les gardiens du temple politiquement correct. Un pas plus loin dans le délire, et un appel à la censure et à la délation était lancé depuis les bastions anti-fascistes.

Il est certain qu'un film glorifiant une épopée européenne, ne tombant pas dans l'ethnomasochisme de bas étage, promouvant des valeurs archaïques opposées fondamentalement à celles imposées par le système, ça déplaît. Esprit de sacrifice, de groupe, valeurs militaires, défense armée d'un groupe ethnoculturel face à une menace impérialiste, ça ne fait pas franchement vivre ensemble totalitaire, pacifisme moutonnier, égoïsme petit-bourgeois. Un tel film ne pouvait que provoquer une levée de boucliers de papier chez nos grandes consciences humanistes et tolérantes.