• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Les intervenants externes

Thank you, Ireland !

GuinessL’Irlande a dit ‘no’ aux eurocrates. Pour le coup, le prochain gueuleton des scriptoblogueurs, c’est décidé, ce sera dans un pub irlandais…

En attendant, profitons de la présence à portée d’emails de l’ami Al.


 Al est un copain, Al est français et vit en Irlande, Al s’est embrigadé là-bas dans la grande armée du ‘no’, division des brigades internationales pour l’Irlande ! Petite interview du soldat Al…

Scripto : Pourquoi ce non irlandais ? L'Irlande, au départ un pays plutôt retardataire, a reçu beaucoup de subventions de l'UE. Le dumping fiscal lui a plutôt souri... Alors pourquoi ce ‘no’ ?

Al : Il faut savoir que l'économie irlandaise a eu une croissance ahurissante depuis 1996 et connaît maintenant un gros ralentissement. Ils sont dans un système typique du 'Boom and Bust'. La politique monétaire de ‘livre faible’ pratiquée en Irlande a dopé cette économie, surtout au moment où la France et d’autres pays pratiquaient plutôt une politique de monnaie forte pour s’arrimer au Deutsch Mark. L’Irlande est entrée dans l’euro sur la base d’un taux de conversion bas. Il en résulté que la main d’œuvre irlandaise était bon marché, d’où un investissement étranger massif. Exactement le contraire de la France, qui a sacrifié ses classes populaires pour que son capitalisme investisse à l’étranger.

Cela dit, le ‘miracle irlandais’ est derrière nous. Les coûts de production en Irlande ont désormais rattrapé ceux du continent, la croissance s’atténue. Surtout que la montée de l’euro face au dollar compense la sous-évaluation initiale de la monnaie locale, si tu veux.

L’économie miraculeuse est à bout de souffle. Les investissements sont faibles. Ça commence même à délocaliser en ce moment. La main d'œuvre est devenue trop cher. L'Euro est fort face au Dollar et cela ruine les exportations.

 

 

Alain Soral devant l'Eurocalypse

ASSuite à la publication d'Eurocalypse, le collectif Solon avait offert un exemplaire à Alain Soral. Le président de l’association Egalité et Réconciliation a lu notre bouquin.

Ce qui est bien, c'est que ça l'a intéressé. Ce qui est encore mieux, c'est qu'il à bien voulu nous expliquer pourquoi.

C'était parti pour une heure d'entretien à bâtons rompus...

Scriptoblog : Alain Soral, nous vous avons passé 'Eurocalypse'. Il s’agit d’un roman de politique-fiction rédigé sur le site scriptoblog.com par un comité de cinq auteurs. Thème général : nous sacrifions à la mode du catastrophisme. Ce qui est original, c’est la manière dont nous avons traité le thème.

2038, la France n’existe plus, l’Europe est devenue une sorte de nouvelle Union Soviétique 'eurocorporative', c'est-à-dire à la fois néolibérale et étatiste – les multinationales se sont fédérées pour former un Etat d’un nouveau genre. Le territoire est divisé en europrovinces, territoires artificiels, elles-mêmes divisées en intrazones, riches et fliquées, ambiance 'Fahrenheit 451', et extrazones, pauvres et violentes, ambiance 'Soleil Vert'. A la suite d’une manipulation qui tourne mal, le système déraille. L’ordre est construit par le chaos depuis des décennies, mais cette fois, l’ordre pousse le chaos un millimètre trop loin… et le chaos ne fabrique plus que du chaos.

Vous nous avez fait l’honneur de jeter un coup d’œil à ce travail. Nous aimerions avoir votre opinion – pas tellement sur la forme, l’intrigue n’est qu’un prétexte, il y aurait plein de trucs à reprendre pour en faire un roman au sens classique du terme. C’est sur le fond que nous voudrions votre avis, sur les grandes thèses que nous avons retenues.

C’est l’Eurocalypse. Ambiance : un mélange 'Camp des Saints', guerre interethnique, 'Ravages', écroulement du système économique, plus un zeste de Dantec, avec une hyperclasse coupée du réel qui s’imagine contrôler le monde alors qu’elle n’en contrôle que la projection technoscientifique...

Notre première thèse, sachant qu’on est dans l’analyse, pas dans le souhait, c’est la suivante : compte tenu des rapports de force, nous estimons que le démantèlement des Etats-nations est inéluctable. Est-ce que vous croyez qu’on peut encore sauver l’Etat-nation ?

 

Charles Schepens sur la fraternité franco-serbe

1936_2008Suite à l’article paru le mois derniers, les scriptoboys ont rencontré Charles Schepens, le président de l’association « fraternité franco-serbe ». Entretien à bâtons rompus dans une brasserie, à deux pas de la Place de la République, après la manif du 2 mars…

Scriptoblog : Charles Schepens, pouvez-vous nous présenter la fraternité franco-serbe ?

Charles Schepens : La fraternité franco-serbe est une association déclarée loi 1901. Elle regroupe des jeunes Français conscients des liens entre la France et la Serbie et soucieux de la situation serbe. Plusieurs personnalités serbes l’ont rejointe depuis, et nous espérons que cette association va progressivement devenir leur maison autant que la nôtre.

Sc : Pourquoi avez-vous fondé cette association ?

CS : Je suis français, j’ai vécu en Serbie. J’ai vécu les bombardements de 1999 comme une honte nationale. Je me suis dit : il n’est plus possible de ne rien faire.

Sc : Pouvez-vous nous décrire la situation actuelle au Kosovo ?

CS : Pour autant que je puisse en juger, sans la présence de la KFOR, l’épuration ethnique des Serbes par les Albanais serait achevée, au moins au sud du territoire. En pratique, la coexistence des deux groupes ethniques est totalement impossible, et il est très peu probable qu’elle redevienne possible à l’avenir.