• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Conférence « Neuro-Pirates. Neuro-Esclaves », 2éme partie de l'allocution de Paolo Cioni : « Les manipulations et le cerveau »

Voici la deuxiéme partie de l'allocution prononcée par Paolo Cioni lors de sa venue en France pour notre conférence sur l'ingénierie sociale et le teaser vidéo.


Paolo Cioni sur la manipulation linguistique :


« Les manipulations et le cerveau »

On peut distinguer différents niveaux de manipulation dans un domaine qui va des plus doux aux plus extrêmes. Parmi les premiers on considère ceux au niveau linguistique, le médiatique et le sub-hypnotique. Entre les extrêmes, les privations et les contraintes obtenues par la manipulation des facteurs physiologiques, la violence, la torture et les traumatismes, les facteurs physiques (électromagnétiques et acoustiques), et les chimiques.

Manipulation linguistique.

 Une initiative objectivement peu acceptable comme une guerre, une loi gênante, la fiscalité, peut être présentée en étiquetant avec un nom trompeur, car sémantiquement bon. L'utilisation répétée, dans l'information journalistique et le débat politique, de formules telles que la lutte contre le terrorisme, la démocratisation, la libération, la sécurité collective, la restructuration, la guerre humanitaire, les missiles intelligents, en sont des exemples communs. La répétition d'un message, si elle devient envahissante, si cela arrive plusieurs fois par jour, peut faire absorber le contenu et les implications du message comme s'il s'agissait d'un fait avéré, même quand ce n’est pas le cas (« armes de destruction massive de Saddam », « les tours jumelles de Ben Laden »). De même, en appliquant arbitrairement des noms odieux, répugnants (anti-démocratique, révisionniste, terroriste, État voyou), vous pouvez obtenir l'effet inverse, afin de frapper, délégitimer, discréditer, de criminaliser les actions, les personnes, les idées qu’on n'aime pas. Le principe est toujours le même : les entrées  informationnelles, ou inputs, si vous insistez bien, ont tendance à former des modèles inconscients chez les gens. Cela explique pourquoi les enfants sont éduqués et cultivés de cette manière : par la répétition systématique et obsessionnelle de suggestions spécifiques, visant à stimuler la création d'associations mentales et la réactivité d'un certain type. Grandir en répétant sans cesse et en écoutant la répétition des dizaines de milliers de fois ces messages, bien sûr, va graver aux niveaux émotionnel, cognitif et identitaire sur le bâtiment même de ce que l'individu sent alors comme réel, évident, essayé et confirmé. Prenons un exemple de l'endoctrinement quotidien : dans notre société, chaque chaîne TV possède sa propre série populaire, dans laquelle la police et la justice effectuent une action efficace, incorruptible, pour la protection du citoyen, alors qu'en réalité, nous observons une criminalité de plus en plus hors de contrôle et des institutions de plus en plus inefficaces. 

Manipulation émotionnelle / sociale / médiatique.

Dans une définition récente de l'affectivité positive Bellodi comprend « les questions relatives aux processus préparatoires et les réactions automatiques cérébrales en œuvre pour optimiser la comparaison avec l'environnement intérieur ou extérieur ».

Actuellement, il y a une tendance à considérer les émotions comme des réponses complexes du cerveau provoquées par des configurations spécifiques de stimuli. Le cerveau doit avoir des systèmes d’évaluation qui lui permettent de donner un sens à des stimuli internes et externes. Les différents centres impliqués se conduisent en activant des circuits spécifiques. Il est un fait que l'étude des émotions est réalisée avec un plus grand engagement et des résultats dans certains domaines par la psychologie plutôt que par des psychiatres (qui, cependant, doivent faire face dans leur travail aux troubles de l'humeur tels que la bipolarité affective, la dépression dite majeure, l’anxiété). Les résultats de loin les plus intéressants ont été atteints par la psychologie des consommateurs, qui étudie les réactions de l'utilisateur aux sollicitations de la publicité.

Les émotions peuvent précéder les pensées, survenir ou se produire simultanément avec elles ou après qu'elles surviennent. Dans tous les cas, elles façonnent profondément les systèmes et les comportements cognitifs, dont elles sont partie intégrante. Par exemple, l'émotion de tristesse dirige les pensées vers le pessimisme, les comportements hors de l'exploration de l'environnement, et rappelle les souvenirs d'échecs et de pertes antérieures.

Nous parlons de temps de récupération ou de période réfractaire pour l'intervalle de temps pendant lequel le cerveau est totalement immergé dans l'émotion et ne peut pas raisonner de façon lucide. Les facteurs de grande importance pour le déclenchement des émotions spécifiques et la facilitation de leur récidive sont l'environnement dans lequel une émotion est activée pour la première fois et le contexte émotionnel dans lequel cela se produit.

La manipulation de la réactivité émotionnelle est basée, en grande partie, sur ces paramètres. Émotions positives et négatives se produisent au cours de l'activation de différentes régions du cerveau et, ce qui est d'une grande importance, indépendantes les unes des autres. En d'autres termes, chez un sujet seul, on peut trouver une production excessive d'émotions négatives avec le maintien de la capacité de produire des émotions positives. Ceci est particulièrement le cas dans les anxiétés, mais pas dans la dépression. Dans cette dernière condition, la tendance est plutôt à une baisse généralisée de la réponse, quelle que soit la nature des stimuli émotionnels présentés (voir Rottenberg et Johnson, 2007, à travers la définition d'ICE : insensibilité au contexte émotionnel).

Selon des découvertes récentes, il est possible d'identifier en chacun de nous un point distinctif d'équilibre entre les émotions positives et négatives produites, mesuré avec les techniques EEG de pointe. Ce point est défini comme l'humeur moyenne individuelle. Lorsque, à cause d’une modification externe ou interne, une émotion se produit qui s'éloigne du point d'équilibre, le sujet a tendance à y revenir.

Les émotions intenses, répétées, fréquentes, prolongées (avec période réfractaire longue), davantage si elles sont déclenchées dans un contexte non approprié à leur survenue (par exemple, peur dans le milieu familial), pourront avoir des conséquences affectives graves à long terme, à savoir humeurs et traits du tempérament. La plupart de ceux-ci est liée à des facteurs génétiques et/ou constitutionnels, mais dans une certaine mesure modifiables par l’apprentissage.

Différents niveaux de dysfonctionnement émotionnel sont caractéristiques de tous les états psychopathologiques, de la dépression à la schizophrénie ; la détection et la quantification par des méthodes instrumentales de ces dysfonctionnements contribuent de manière significative à la classification clinique du patient.

L'application de test sur le changement de l'état émotionnel à la suite de stimuli audio-visuels selon des protocoles standardisés déjà établis et validés par la communauté scientifique (voir IAPS, International Affective Picture System développé à l'Université de Floride) avec l'enregistrement des variables psychophysiques au moyen d’équipements appropriés, peut avoir d'importantes contributions dans ce domaine. Voir, en particulier, les tests psychophysiologiques dans lesquels on évalue et quantifie les réponses évoquées par des stimuli somatiques et viscéraux avec valence affective (positive, neutre, négative), avec une intensité croissante, présentés de manière visuelle et acoustique. Les réponses étudiées permettent la mesure du système nerveux autonome sympathique (réponse cutanée sympathique), des changements de la fréquence cardiaque et de la pléthysmographie, des changements de taille de la pupille, de l'activité électromyographique. En outre, on analyse les ERP (potentiels liés à l’événement), enregistrés sur la surface du crâne en réponse à des stimuli avec valence émotionnelle. Les réponses sont mesurées, soumises à des procédures de normalisation et d'évaluation statistique et comparées à celles obtenues dans une population de sujets normaux. Les mesures psychophysiologiques ainsi enregistrées sont ensuite insérées dans une grille d'évaluation du patient individuel.


Les études dites de neuro-marketing ont montré que la zone encéphalique la plus impliquée dans la prise de décisions relatives à l'achat est le cortex préfrontal médial. Parmi les différentes techniques utilisées pour influencer ces processus et qui font l'objet de nombreux débats depuis les années soixante-dix, prenons celles basées sur l'utilisation de messages subliminaux qui agissent au-dessous du seuil de la conscience. La vision humaine peut percevoir une image dans un film uniquement si elle est présente dans au moins 12 images. La marque Coca-Cola, comme cela est bien connu, a d'abord inséré des séquences d’images plus courtes, ayant un contenu publicitaire, dans certains films. Il s'est avéré que les spectateurs exposés à une telle publicité ont consommé 39% de plus de Coca-Cola. En 1978, dans de nombreux supermarchés américains, on a expérimenté une méthode subliminale basée sur la diffusion par haut-parleurs de messages incitant à ne pas voler, à un niveau imperceptible consciemment, ce qui entraîna une réduction de 36% du vol à l’étalage.

Le président Gianni Agnelli dans sa lettre aux actionnaires de Fiat a parlé des messages subliminaux avec lesquels « sonoriser » et les parfums étranges avec lesquels « aromatiser » ses usines afin d'augmenter la productivité et améliorer le ratio (soumission) travailleurs/entreprise.

Voici quelques exemples de pressions publicitaires indues exercées par emails (courriels) reçus par des utilisateurs communs avec un langage courant qui tend à rappeler vaguement la culpabilité ou à éveiller l'attention avec des avertissements « personnalisés » : « J'ai récemment envoyé un e-mail pour vous faire savoir que j'ai créé un crédit de 100 $ en magasin afin que vous puissiez essayer la thérapie d'inversion mais je ne suis pas sûr que vous ayez reçu l'e-mail... Eh bien, le crédit va expirer dans 3 jours, donc je voulais essayer à nouveau pour voir si je pouvais entrer en contact avec vous... Grosse erreur !... J'ai besoin de votre aide ! J'ai besoin de votre adresse ! Je m'excuse : j'avais tout à fait tort ! » Comme déjà dit, il s’agit d’expressions de dialogue quotidien qui ont tendance à transmettre un sentiment de pseudo-connaissance chez le lecteur de manière à créer un sentiment de complicité et de respect de ce qui est proposé par des étrangers dont l'utilisateur ne connaît ni l'identité ni les objectifs réels.

Manipulation sub-hypnotique.

Ayant la conviction, précédemment exprimée, que les grands romanciers avaient déjà compris tout de l'âme humaine (beaucoup plus que les psychologues et les psychiatres) je préface ce sujet par une citation du grand Tolstoï, de Guerre et Paix (1869) : « Le prince Vassili lui-même allait la lire, lui qui avait la réputation de lecteur exquis... Son art était celui de cliqueter outre les mots avec une voix sonore et chanteuse, alternant chuchotements doux et gémissements désespérés, quoi qu’ils signifiassent, de sorte que seul le hasard décidait que le mot ait été accompagné par un gémissement ou murmuré dans un souffle. Cette lecture... devait avoir un sens politique. »

M. Erickson a développé une forme d’hypno-thérapie qui, à son avis, permettrait de communiquer avec l’inconscient du patient. Ce type d'hypnose, très semblable à une conversation normale, induit une transe hypnotique dans le sujet. De cette manière, le thérapeute peut suggérer une solution à l'inconscient, en contournant la résistance et la suppression que la conscience opposerait au changement. La pratique de cette thérapeutique a ensuite été retravaillée par R. Bander et J. Grinder, les co-fondateurs de la plus récente programmation neurolinguistique (PNL).

La relaxation est la condition mentale la plus simple qui augmente la suggestibilité à travers l'abaissement du seuil d'attention. Le même effet peut être obtenu en faisant en sorte que les gens se fatiguent physiquement et/ou mentalement, ou en les ennuyant avec des tâches et des discours répétitifs ou bien en les distrayant par des stimuli appropriés (même érotiques ou sexuels). Même la musique a son importance car elle peut être très douce pour bercer ou, au contraire, utiliser le vacarme pour étourdir littéralement les personnes.

Si à un public détendu (en face de la TV) est donnée une histoire avec un certain contenu (l'histoire classique que nous voyons dans les programmes de divertissement), on obtient l'induction de la transe, dans laquelle il est facile de réaliser des suggestions et des implantations mentales. La distraction est sans aucun doute la principale stratégie mise en œuvre par les moyens de communication de masse (voir Divertir pour dominer).

Ce que l’on a dit plus tôt peut bien s’appliquer à la manipulation par le leader dit charismatique, qui réalise ses objectifs à travers plusieurs étapes consécutives : nous assistons à une première phase préparatoire, avec de la musique, du divertissement agréable, sans sa présence ; puis dès qu’il arrive, dans sa présentation, dans la  gestuelle et la façon de s'exprimer, il prend soin de montrer la confiance dans les doctrines qu’il expose et les moyens spirituels dont il se vante. En fait, lui, dans l'organisation, est la seule personne autorisée à avoir un ego, une volonté, une capacité de jugement. Il ne se propose pas comme un simple trend setter (celui qui crée une tendance), mais aussi en tant que truth setter (celui qui établit la vérité), pour ainsi dire : pour les convertis c’est lui qui dicte ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Habituellement son discours est lent, ponctué de rythmes précis, exclut toute hâte ou tension, a un effet hypnotique ou sous-hypnotique sur de nombreux auditeurs, qui se manifeste aussi physiquement (induisant des signes tels que la mydriase, à savoir la dilatation des pupilles).

Un exemple récent de l'utilisation de techniques de communication efficaces visant à produire implication et croyance, agissant en particulier sur le plan émotionnel, peut être tiré des stratégies mises en œuvre au cours de la campagne pour l'élection présidentielle américaine, par le président Obama. Parmi celles-ci, le pacing (calquage) : imitation de traits, de rythmes, style expressif, gesticulation, respiration des gens avec qui vous interagissez ; l'énoncé des objectifs largement partagés et la répétition d'affirmations indubitables, fiables, vérifiables et évidentes, induisant une réduction de vigilance critique chez celui qui écoute tant et si bien qu'il peut accepter sans opposition critique tout ce qui lui est proposé. On utilise avec profit l’élocution lente, rythmique, avec des pauses fréquentes (pacing respiratoire) et l'extension au-delà de la durée moyenne des interventions, avec une production d'images évocatrices que tout le monde peut facilement partager sans le filtre de l'évaluation rationnelle.


Parmi les manipulations extrêmes nous rappelons :

Shock and awe (choc et effroi). Cette technique est désormais appliquée à différents niveaux, à l'échelle mondiale, et consiste à produire dans des individus ou des populations entières des situations de choc, pour les inciter à donner leur consentement, ou du moins à ne pas s'opposer activement à un changement indésirable, une aggravation des conditions de vie, ou une restriction des libertés. L'exemple le plus récent et significatif, une fois de plus, nous vient des États-Unis : après le choc collectif provoqué par la catastrophe des tours jumelles, le gouvernement des États-Unis ou d'autres gouvernements occidentaux ont pu promulguer des lois répressives et mener des guerres qui, sans l'effet de surprise avec la crainte et l'anxiété consécutive, auraient rencontré une opposition beaucoup plus dure.

Effets choquants produits pour la plupart par des causes diverses, des catastrophes liées à des facteurs biologiques et géophysiques tels que les épidémies, les tremblements de terre, les pandémies, à celles produites par les déséquilibres économiques et politiques comme les récessions, les crises, les effondrements boursiers, la faillite de grands groupes industriels ou bancaires, les guerres, les coups d'État, sont normalement utilisés pour pousser l'opinion publique dans une certaine direction, pour induire en elle des associations mentales spécifiques. L'anxiété engendrée chez les conducteurs de voiture par l'institution du dimanche avec la circulation des plaques d'immatriculation alternées, induit l'objectif d'épargner de l'énergie et sauvegarder la santé. Cela finit, paradoxalement, dans la promotion, non pas d’une conscience sociale et écologique accrue, mais de la disponibilité à accepter hausses de prix énormes et injustifiées des combustibles, juste pour garder le privilège de la libre utilisation de sa propre voiture. Un autre exemple pourrait être les pannes d’énergie qui se sont produites en Italie il y a quelques années, immédiatement utilisées pour relancer la nécessité présumée de centrales nucléaires. Cette affaire appartient à ce que l'on appelle stratégie de « problème-réaction-solution » : en possédant la solution (les centrales nucléaires), le problème est créé (les pannes d’énergie) et on attend la réaction (presque toujours émotionnelle) des masses, pour l'exploiter à son profit.

Le debunking ou discrédit est une technique de manipulation qui consiste à produire des critiques pseudo-scientifiques ou pseudo-rationnelles sur les théories et les informations qui vont contre la pensée dominante, officielle, ou à discréditer ceux qui propagent ces théories et informations. Le démolisseur attaque avec des messages simples, courants, principalement au niveau émotionnel, en dirigeant ses coups à l'inconscient, plutôt qu’à la logique. Ces attaques ne concernent pas le contenu, mais visent à discréditer la source et l’auteur au niveau moral.

Inhibition trans-marginale.

Les études sur les mécanismes qui gouvernent l’apprentissage, conçu comme « toute modification relativement permanente du comportement, qui a lieu au nom de l'expérience », ont commencé, comme il est bien connu, à partir des expériences très renommées effectuées sur les chiens par le physiologiste russe, Pavlov, qui a affiné le modèle du conditionnement classique, repris et ré-élaboré par le behaviorisme. Il montre qu'un stimulus neutre (par exemple, la lumière), associé à un stimulus inconditionné (alimentaire), peut acquérir, après un certain nombre d'associations, la capacité de provoquer la réponse inconditionnée (salivation), même en l'absence du stimulus inconditionné. Moins connues sont les expériences de Pavlov menées sur les effets du stress sur le comportement animal et humain, sur lesquelles est fondée une partie des procédures de manipulation les plus hallucinantes et anéantissantes, mises au point pendant le siècle dernier. Il a fait remarquer que, au-delà d'un certain seuil de stress (variable selon l'animal) les réponses conditionnées et celles habituelles étaient modifiées. Le processus illustré par Pavlov était composé de trois phases :

1) la phase équivalent (réponse à différents stimuli avec une même intensité) ;

2) la phase paradoxale (réponse uniquement aux stimuli faibles) ;

3) la phase ultra-paradoxale (production de déstructuration, c'est-à-dire l'anéantissement de la configuration des points de repère habituels, avec des manifestations hypnoïdes et une susceptibilité particulière au reconditionnement).

Une technique particulièrement violente de manipulation, qui est basée sur les mécanismes mentionnés ci-dessus, et dans de nombreux cas appliquée aux prisonniers de guerre, aux dissidents politiques, mais aussi dans les organisations militaires qui sont particulièrement rigides et agressives, dans les sectes religieuses qui sont ultra-fondamentalistes, ou dans les organisations criminelles, est le lavage de cerveau (brain-washing). Avec ce terme, nous entendons l'élimination systématique et parfois forcée d'idées consolidées pour être remplacées par la pression psychologique et l'abus de la position dominante individuelle ou de groupe.

Ce qu’on appelle thought reform (réforme de la pensée) est, au contraire, envisagée comme une technique plus subtile que le lavage du cerveau. Lifton a décrit le processus de « réforme de la pensée comme la combinaison d’une coercition qui vient de l’extérieur et de prédispositions ou facteurs intérieurs comme les sensations de culpabilité et de honte ».

Dépendances chimiques.

Dans notre société, l'utilisation répandue de substances psychotropes est énorme. Les effets de certaines de ces substances psycho-actives peuvent contribuer à inhiber la capacité de jugement autonome et d’action dans les sujets, et à augmenter leurs chances d'être soumis à des conditionnements et des suggestions. Le système actuel de diagnostic de référence, sur la base des propositions de l’American Psychiatric Association avec ses manuels diagnostic-statistiques, selon lesquels les critères d'inclusion de marqueurs diagnostiques sont très augmentés, contribue à l'expansion disséminée et injustifiée des dépendances chimiques. Il en résulte la possibilité de médicaliser toujours plus de domaines de population : ce que nous appelons des conditions sous-seuil, chez les enfants et les adolescents, ou les situations jusqu'à présent considérées comme de réaction aux événements de la vie (le deuil, de nos jours, est considéré comme un équivalent du trouble dépressif).

Manipulations électromagnétiques (rayonnements non ionisants).

Au centre d'un débat animé se trouve la recherche sur les effets des champs et des rayonnements électromagnétiques sur le fonctionnement mental, et sur les dommages que ces ondes peuvent causer à notre santé. Les récentes conclusions du comité spécial de la Commission européenne (2007) indiquent que l'exposition aux ondes magnétiques des téléphones portables (884 MHz), en particulier dans l'enfance, modifierait le cycle du sommeil et augmenterait l'incidence des maux de tête, en agissant sur les centres de surveillance et de stress. Des positions discordantes sont soutenues d'un côté par l'école de canaux ioniques, sur la base de l'interprétation des processus neuronaux dans une perspective thermique plutôt qu’électrique, qui estime les impulsions nerveuses à la manière de décharges activées par le mouvement des ions et se concentre sur la mesure de la différence de potentiel entre les membranes et sur la production de potentiels d'action, et d'autre part, par l'école épiphénomènaliste, qui explique le fonctionnement des neurones par les lois de la mécanique quantique, en se concentrant sur les effets de la polarité de la charge électrique sur les neurotransmetteurs chimiques, et le traitement de l'information, qui ne serait pas seulement contenue dans un potentiel d'action unique, mais dans différentes fréquences de décharge auxquelles le neurone peut transmettre. Celles-ci varient selon les variations de température ainsi que par la stimulation sensorielle effectuée par des champs électriques ou magnétiques très petits.


L’interaction a été constatée entre le système nerveux et une large gamme de fréquences produites par les appareils électroniques. Le rayonnement électromagnétique produit une résonance, avec l'effet d'une vibration sur une autre et la variation de la fréquence de la vibration d'origine. On parle dans ce cas de résonance sensorielle. Les fréquences à prendre en considération sont celles dans la VLF (très basse fréquence : 10-100 MHz) des électroménagers et les lignes électriques, les moyennes (1-900 MHz) de la radio FM, TV et communications mobiles, et les fréquences de la VHF (très haute fréquence : 2-10 GHz) des fours à micro-ondes et des satellites.

Parmi les symptômes produits par le rayonnement électromagnétique l’on peut considérer des effets physiques directs, tels que des tremblements et ptosis de la paupière, des changements dans les temps de réaction nerveuse, des changements dans le profil du sommeil, des changements dans l'EEG, et même l'autisme infantile (Thornton, 2006).

On a considéré l'apparition possible de graves dommages causés par des armes qui utilisent des micro-ondes dans le domaine de la SHF (fréquence ultra-haute), tels que des hallucinations auditives et visuelles, blocage généralisé des afférences sensorielles, arrêt de la pensée, une douleur intense et généralisée.

Armes sonores. Parmi celles-ci il y a des armes d'action psycho-physique, comme des canons à infra-sons de haute puissance et basse fréquence, utilisés par les gouvernements contre les foules indisciplinées, capables de causer mal de tête, somnolence, paralysie temporaire et cycle menstruel anormal. Cette arme, dont on parle dans un mémorandum paru en 1991 de Paul Wolfowitz, intitulé “Avons-nous besoin d’une force non létale pour la défense”, fut par la suite utilisée par le gouvernement français contre les foules houleuses et, en 1983, probablement, par le gouvernement britannique contre les femmes pacifistes cantonnées près de la base de Greenham Common en signe de protestation contre le déploiement de missiles nucléaires Cruise.

Ensuite, il y a les radio-armes, capables d'interférer avec le fonctionnement du cerveau, même à une grande distance et à grande échelle. Leurs effets vont des maux de tête aux états émotionnels induits, et aux troubles de la circulation sanguine. Cette famille d'armes exploite l'effet réfléchissant de certaines couches de l'atmosphère pour favoriser la propagation des ondes rayonnées sur de grandes surfaces éloignées.

Ces systèmes d’armes, développés dans les pays alors communistes, faisaient aussi partie des programmes Woodpecker (“Pivert”) et HAARP du Département de la Défense des Etats-Unis installé en Alaska, ainsi que d’autres projets de l’armée et de la marine américaines.

Défenses.

À ce stade, seulement une brève synthèse des stratégies de défense contre les multiples formes de manipulation.

Pour la manipulation électromagnétique : blindage, évitement

Pour la manipulation linguistique, relationnelle, affective :

- Prévention à distance : l'enseignement, l'étude, le mode de vie, les intérêts, les relations, la sécurité, la métacognition (un type de l'auto-réflexion sur le phénomène de la possibilité cognitive - très probablement propre à l'espèce humaine - de distanciation, auto-observation et réflexion sur ses propres états mentaux)

- Prévention de proximité : identifier les manipulateurs,: « stop and think » (s’arrêter et réfléchir), « emotional standback » (détachement émotionnel), et « reality check » (vérification de la réalité).

Repérez le menteur

Hésitations, changements d'orientation, fautes d'orthographe, de langue ou de distanciation indirecte (par exemple, « cette femme ») qui ne font pas partie du répertoire habituel de la personne. Lapsus, déclarations invraisemblables, contradictions entre ce qu’il dit à des intervalles différents, et affirmations contredites par d'autres faits. Ton de la voix, les gestes (allures généralement courtes, liées à des fragments gestuels) et la posture. Il est plus facile de contrôler les mouvements du visage (les plus suivis par l'autre partie) et non pas ceux du corps, dont celui qui veut mentir ne se soucie pas. Quand il tend à masquer les émotions négatives, on peut observer la réduction des mouvements des mains qui illustrent le discours, l'exécution fréquente d'un fragment d'haussement d’épaules, avec l'élévation de la voix.

Stop and think :

•    si l’on vous fait une proposition ou une demande, refusez ; ou, au moins, faites un « stop and think », c’est-à-dire : arrêtez et pensez. Prenez une pause pour réexaminer la situation dans son ensemble, le contexte, et comment la proposition s'inscrit dans le contexte ;

•    attendez une demi-journée et réexaminez tout. Dans la matinée, notre sensibilité et notre capacité à l'analyse sont différentes de la soirée, et vice versa, de sorte que nous puissions nous rendre compte des aspects des choses qui, auparavant, étaient hors de notre compréhension.

Emotional stand back (distanciation émotionnelle) :

•    ne soyez pas impliqués émotionnellement ou psychologiquement, parce que le simple fait de se plonger, ou de se laisser tremper dans une situation ou une expérience ou une pratique quelconque, tout ça compromet la prise de conscience de la valeur relative de la situation ou de l'expérience ou de la pratique.

Reality check (vérification de la réalité) :

•    tout vérifier personnellement et principalement en se basant sur l'expérience personnelle et récente ;

•    si vous pensez que vous ne serez pas à même de vérifier les choses, demandez l'avis d'un professionnel compétent, indépendant, lié au secret et payé par vous pour examiner le contenu des communications que vous recevez, en contrôlant s’il n'y a que la forme ou le contenu, et si le contenu est concret et précis, vérifiable, ou fumeux, ou si l’interlocuteur énonce ou bien tend à cacher les sources sur lesquelles il fonde ses revendications (« J'ai entendu », « on m'a dit », « il y a rumeur », « il semble que », « les Écritures nous disent que », etc.) ;

•    si c'est le cas, demandez au manipulateur d'expliquer où le manipulateur veut en venir, ce qu’il veut signifier, et les sources sur lesquelles il s’est fondé ;

•    essayez de le confronter en privé, sans la présence de ses partisans, qui le soutiendraient, en vous mettant en position d’infériorité.


On peut conclure avec la philosophie essentielle de Neuro-Esclaves.

Le succès dans la lutte contre les manipulateurs n’est possible qu’avec des individus ou des groupes motivés et prêts, de préférence avec une formation spécifique.

Ceci est le but raisonnable de Neuro-Esclaves : contribuer à la connaissance, à la survie d'une pensée libre, critique, consciente dans un environnement politico-économique de plus en plus intéresséet engagédans son extinction.

Paolo Cioni

Partie 1 : « Précisions fondamentales quant au fonctionnement du cerveau humain »...

« Neuro-esclaves : Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse »
De Paolo Cioni & Marco Della Luna
Préface de Thibault Philippe (chroniqueur sur Scriptoblog)
Editeur : Macro Éditions; 2e édition revue et augmentée (13 novembre 2013)