• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Billets d'auteurs

Les taux d’intérêt négatifs arrivent en Amérique | Par Dmitry Orlov.

Eh bien, cela n’aura pas pris longtemps ! La politique de taux d’intérêt négatifs semble être un cadeau qui continue à donner.

Il y a quelques jours, j’ai écrit en substance, que si la Réserve fédérale veut continuer la fête financière un peu plus longtemps, elle devra continuer à baisser les taux d’intérêt au-dessous de zéro, comme seul moyen de garder les débiteurs fauchés en vie et d’empêcher la gigantesque bulle de dette d’imploser. Et maintenant, nous découvrons que la Réserve fédérale a résolu les obstacles juridiques (comme le Federal Reserve Act) qui l’empêchaient de le faire.

Pour rappel, les taux d’intérêt négatifs sont un moyen de payer les débiteurs pour soutenir leur dette, au lieu de faire défaut sur elle ou de la répudier, empêchant ainsi la pyramide de dette de s’effondrer en emmenant l’ensemble du système financier avec elle. Mais cet effet est temporaire, pour au moins deux raisons.

Leçons post-soviétiques pour un siècle post-américain | Par Dmitry Orlov.

Nous vous proposons ce texte de Dmitry Orlov datant de 2005. Bien qu'ancien, il s'agit de l'un des textes fondateur de la pensée de Dmitry Orlov. En effet, en s'appuyant sur son expertise concernant l'effondrement de l'URSS qu'il a vécu de l'intérieur, il démontrait que notre systéme économique et industrielle n'était déjà pas viable. Il annonce dés 2005 et donc bien avant la crise financiére de 2008, l'effondrement des États-Unis puis, par extension, de l'ensemble des sociétés occidentales. Il se servira de ce modéle comparatif pour rédiger son livre Les cinq stades de l'effondrement disponible en français aux éditions Le retour aux sources.
- La rédaction Scriptoblog/Le Retour aux Sources éditeur.

Il y a une décennie et demi, le monde est passé de bipolaire à unipolaire, parce que l'un des pôles s'est désagrégé : l'Union soviétique n'est plus. L'autre pôle — symétriquement appelé les États-Unis1 — ne s'est pas (encore) désagrégé, mais il y a des grondements menaçants à l'horizon. L'effondrement des États-Unis semble aussi improbable maintenant que l'était l'effondrement de l'Union soviétique en 1985. L'expérience du premier effondrement peut-être instructive pour ceux qui souhaitent survivre au second.

Les gens raisonnables ne soutiendraient jamais que les deux pôles aient été exactement symétriques ; en même temps que des similitudes significatives, il y avait des différences également significatives, les unes et les autres étant valables pour prédire ce qu'il adviendra de la seconde moitié du géant superpuissant aux pieds d'argile qui autrefois enjambait la planète, lorsqu'elle se désagrégera aussi.

L’effondrement du programme impérial | Par Dmitry Orlov.

Note de Dmitri Orlov :
Ceci est une rediffusion, qui semble opportune étant donné les récents efforts américains pour empoisonner les relations entre la Turquie et la Russie. Le jet russe abattu était clairement un exercice pour bien empoisonner, soit directement ordonné ou, à tout le moins, approuvé par le Pentagone. Je vous exploqierai pourquoi cette même vieille stratégie ne va pas produire les mêmes vieux résultats auxquels les Américains s'attendent.

Certaines personnes aiment avoir la Big Picture face à eux, la plus grande possible, sur ce qui se passe dans le monde en général, et je suis heureux d’y contribuer. Le plus grand développement de 2014, de très loin, c’est que les anglo-impérialistes ont finalement été chassés d’Eurasie. Comment pouvons-nous dire ça ? Eh bien, voici la Big Picture, la plus grande que je pouvais trouver. Je l’ai trouvée grâce à Nikolai Starikov dans l’un de ses récents articles.

Maintenant, nous allons d’abord définir nos termes. Par anglo-impérialistes, je désigne la combinaison de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Ces derniers ont repris le rôle de la première après son échec, la transformant en un protectorat. Maintenant, ce dernier est aussi en train d’échouer et il n’y a pas de nouvelle entité anglo-impérialiste qui émerge pour reprendre le rôle. Mais tout au long de ce processus, leur programme commun était resté le même : pseudo-libéral et pseudo-capitaliste pour les initiés, domination militaire et exploitation économique pour tous les autres. Beaucoup plus spécifiquement, leur programme les a toujours amenés à déployer des stratagème pour exécuter chaque fois leurs plans afin de dominer et exploiter un pays donné, plans qui ont finalement échoué. Sur leur chemin, ils font ce qu’ils peuvent pour compromettre et affaiblir les entités qu’ils laissent derrière eux, en infligeant une blessure politique permanente suintante et purulente. « Empoisonnons tous les puits » est la dernière chose sur leur liste avant de partir.

L’Empire le plus bête du monde | Par Dmitry Orlov.

Je ne peux pas m’empêcher de remarquer que ces dernières semaines l’Empire est devenu extrêmement bête – si stupide que je pense qu’il mérite le titre d’Empire le plus bête du monde. Certains pourraient prétendre qu’il a été stupide par le passé, mais les récentes évolutions semblent montrer un saut gigantesque dans son degré de bêtise.

La première très grosse bêtise a fait surface quand le général Lloyd J. Austin III (photo ci-contre), le chef du commandement central des États-Unis, a indiqué à un comité sénatorial que seul un très petit nombre de combattants syriens entraînés par les États-Unis – pas plus de cinq peut-être – combattaient encore. La facture pour les entraîner et les équiper a été de 500 millions de dollars. Cela fait 100 millions par combattant mais tout va bien tant que les sous-traitants militaires sont payés. Les choses sont devenues encore plus embarrassantes quand il s’est avéré par la suite que ces quelques rares combattants s’étaient fait cambrioler par ISIS/Al-Qaïda (quelle que soit la manière dont ils s’appellent) et avaient perdu armes et véhicules.

Fragilité et effondrement : « L’effondrement se manifeste d'abord graduellement puis devient tout d'un coup brutal » | Par Dmitry Orlov.

Je prédis l'effondrement depuis plus de cinq ans (Article de 2012 NDLR). Ma prédiction est que les États-Unis s'effondreront financièrement, économiquement et politiquement dans l'avenir prévisible...

... et cela ne s'est pas encore produit. Et donc, inévitablement, on me pose encore et encore la même question : « Quand ? » Et inévitablement, je réponds que je ne fais pas de prédictions chronologiques. Cela laisse mes interlocuteurs insatisfaits, et donc j'ai pensé que je devrais essayer d'expliquer pourquoi je ne fais pas de prédictions chronologiques. Je vais aussi essayer d'expliquer comment on peut entreprendre de créer de telles prédictions, en comprenant très bien que le résultat soit hautement subjectif.

Voyez-vous, prédire que quelque chose va arriver est beaucoup plus facile que de prédire quand cela va arriver. Supposez que vous ayez un vieux pont : le béton est fissuré, il en manque des morceaux révélant des armatures rouillées. Un inspecteur le déclare : « structurellement déficient ». Ce pont va certainement s'effondrer à un certain point, mais à quelle date ? C'est une chose que personne ne peut vous dire. Si vous insistez pour avoir une réponse, vous pourriez entendre quelque chose comme : « S'il ne s'effondre pas dans un an, alors il pourrait tenir encore deux ». Et s'il tient aussi longtemps, alors il pourrait tenir encore une décennie. Mais s'il tient une décennie entière, alors il s'effondrera probablement un an ou deux après, parce que, étant donné son rythme de détérioration, à ce point, ce qui le fait encore tenir sera entièrement incertain.

Les cinq stades de l'effondrement | Par Dmitry Orlov.

 
« Ma spécialité est de réfléchir à — et malheureusement de prédire — l'effondrement. Ma méthode est basée sur la comparaison : j'ai vu l'Union soviétique s'effondrer et, puisque je suis aussi familiarisé avec les détails de la situation aux États-Unis, je peux faire des comparaisons entre ces deux superpuissances défaillantes...

Je suis né et j'ai grandi en Russie, et je suis retourné en Russie à maintes reprises entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990. Cela m'a permis d'acquérir une solide compréhension de la dynamique du processus d'effondrement tandis qu'il se déroulait là-bas. À partir du milieu des années 1990 il était tout à fait clair pour moi que les États-Unis prenaient la même direction générale. Mais je ne pouvais pas encore dire combien de temps le processus prendrait, alors je me suis assis et j'ai regardé.

Sous-catégories