• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Billets d'auteurs

Jaugeons la fin du jeu | Par James Howard Kunstler

Tout ce que Hillary avait à faire la semaine dernière, c’était de se montrer et de rester debout sur un podium pendant quatre-vingt dix minutes sans tomber en pâmoison tandis que Donald Trump aboyait et grommelait lors de cette drôle de conférence de presse que nous aimons appeler un «débat».


http://sd.keepcalm-o-matic.co.uk/i/keep-calm-and-shoot-the-fucker-8.pngC’était le mieux que je pouvais faire pour continuer à regarder ce spectacle écœurant. Plus et vous leur auriez balancé votre téléviseur dans les dents, ou peut-être vous leur auriez fait un doigt d’honneur, comme Elvis avait l’habitude d’en faire.

Le tourment de savoir pour qui ou pour quoi voter est devenu insupportable. Je pensais me laisser aller pour le ticket Johnson / Weld, jusqu’à ce que Gary Johnson démontre que l’extrémité avant de son cerveau est manquante. Alep ? [Ce candidat ne savait pas de quoi il retournait, NdT] C’est l’un des Marx Brothers ? Je sens que Jill Stein du Parti Vert est plus une SJW [Social Justice Warrior, extrême-gauche sociétale, NdT] qu’une défenseure de l’écologie, et la dernière chose que je veux pour le reste de l’Amérique c’est de la voir devenir un grand campus universitaire en proie à des menaces et des persécutions sous forme de micro-agressions. Voter pour Trump ? Non, même si vous m’enchaînez au pare-chocs arrière d’une Toyota Landcruiser et que vous me traînez sur plus de 10 km sur des ampoules cassées. Hillary ? Faites en 5 de plus en y ajoutant des clous.

La programmation des traumatismes | Par James Howard Kunstler

Alors que la nation attend le spectacle horrible du soi-disant débat entre Trump et Clinton dans une campagne électorale moins digne qu’une fosse d’aisance du Tiers-Monde, nous sommes une fois de plus témoins, sous nos yeux, de luttes raciales fabriquées de toutes pièces menées par le New York Times, délibérément équivoque.


Si on lit l’histoire d’aujourd’hui en première page, Ce que nous savons des détails de la fusillade de la police à Charlotte, elle insinue que la police a agi par imprudence dans l’incident. Les faits à Charlotte, en Caroline du Nord, ayant entraîné la mort par balle de Keith Scott Lamont sont ceux-ci : il a été abattu après avoir refusé les ordres répétés à haute voix de laisser tomber une arme à feu. Une arme à feu a été trouvée sur la scène avec ses empreintes digitales dessus et avec un étui de cheville.

Résultats de recherche d'images pour « images charlotte nc violence »

Liste des problèmes qui n’existent pas aux yeux du pouvoir Hollande et qui détruisent la France | Par Adrien Abauzit

Nous pouvons prédire avec calme et conviction que notre système politique disparaîtra à court ou moyen terme.


hollande listePourquoi cette certitude ? Parce que la plupart des maux dont souffrent le peuple français n’existent officiellement pas aux yeux du pouvoir. Dès lors, ces problèmes ne sont pas traités et continuent à produire leurs effets néfastes. La souffrance engendrée par la persistance de ces maux obligera tôt ou tard les Français, même les moins politisés, à agir par survivre.

Lentement, puis tout à coup | Par James Howard Kunstler

L’incohérence stupéfiante de la campagne électorale ne reflète que la choquante incapacité du public américain, dans toutes les couches sociales, à comprendre les tendances de notre temps.


Résultats de recherche d'images pour « stone equilibrium »La tendance principale est la contraction économique mondiale en cours. Après avoir frappé le mur des ressources, en particulier celle d’un pétrole à un prix abordable, l’économie mondiale techno-industrielle a coulé une bielle de son moteur.

Bien sûr il existe des moyens pour les êtres humains d’habiter cette planète, peut-être d’une façon civilisée, mais pas à l’échelle gigantesque du régime économique actuel. Le destin de cet ordre économique n’a rien à voir avec nos souhaits ou nos préférences. Il va s’effondrer, que cela nous plaise ou non, parce qu’il aura simplement été une anomalie violente dans l’histoire du monde. Mais la question saillante est : comment pouvons-nous gérer notre voyage vers une nouvelle disposition des choses ? Ni Trump ni Clinton ne montrent qu’ils ont simplement une idée de la situation réelle.

Vladimir Poutine ne perçoit plus les États-Unis comme des « partenaires » | Par Giulietto Chiesa

Octobre 2014 : Le discours de Vladimir Poutine à Sotchi marque un tournant dans les relations internationales.


JPEG - 20.5 koLe président russe a clairement fait comprendre que désormais, il ne perçoit plus les États-Unis comme des « partenaires ». Il ne s’agit pas d’une déclaration de guerre, mais d’un constat : les États-Unis sont en guerre contre le reste du monde. Giulietto Chiesa analyse les conséquences de ce pas en avant.

À Sotchi, en ce mois d’octobre 2014, Vladimir Poutine a remis à plat de façon drastique les rapports entre la Russie et Washington. Un discours bien pensé1; en sous-estimer l’importance serait une grave erreur. Bien plus fort, et à certains moments, dramatiquement limpide par rapport à celui qu’il avait prononcé à Munich en 20072. Au cours de ces 14 années de pouvoir, le président russe n’était jamais allé aussi loin. Et on comprend mieux pourquoi en suivant son raisonnement.

Voyons de quelle remise à plat, ou « Reset », il s’agit. Jusqu’à hier, Poutine était resté « à l’intérieur » du schéma post-Guerre froide. Il y était resté à la fois parce qu’il n’avait pas vraiment le choix, et parce que selon toute probabilité, il croyait à ce schéma qu’il pensait être utile et réaliste. Mais l’idée de le dépasser restait bien présente dans son esprit, à plus ou moins long terme, en bâtissant avec les États-Unis une nouvelle architecture pour la sécurité internationale.

Russie - Turquie, Poutine, le vrai joueur d’échecs | Par Giulietto Chiesa

C’est devenu une mode ces jours-ci de parler de Poutine comme d'un « grand joueur d’échecs ».


C’est effectivement le cas. Mais l’important c’est de voir qui se trouve face à lui. En fait, il n’y a personne. Obama est notoirement hors-jeu. Il s’aventure devant les caméras télé avec l’air contrit de celui qui a reçu une bonne raclée. Et je ne pense pas que la pire soit venue de Poutine, mais plutôt des siens, autrement dit du Pentagone et de Langley, ou encore de ceux qui contrôlent la mégapole électronique de la NSA.

Certaines choses émergent cependant des faits.

1) Une part toujours plus grande de l’opinion publique occidentale a compris que le seul qui se bat vraiment contre « le terrorisme islamique », c’est Poutine.
2) Une part tout aussi importante, ou presque, a compris que la soi-disant « coalition occidentale », au cours de ces quatre dernières années, n’a absolument pas combattu l’État islamique,… mais a plutôt systématiquement bombardé les troupes du gouvernement de Damas.
putin-erdogan-675

Sous-catégories