• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

La police au bord de la rupture | Par Adrien Abauzit

Adrien Abauzit sur les manifestations des forces de l'ordre


Les manifestations de policiers qui se répandent dans toute la France sont à mes yeux l’événement politique le plus important de ces derniers mois.

Résumons les faits.

Lundi 17 octobre, pour la première fois, des policiers franciliens décident de faire une manifestation sauvage en plein Paris, fait unique dans l’histoire de France. Résolus à se faire entendre, les courageux manifestants ralentissent la circulation sur la sordide avenue des Champs-Elysées, avenue la plus laide au monde, en scandant des slogans bien inspirés (« Cazeneuve t’es fou foutu, la police est dans la rue »), drapeaux français aux poings.

L’étincelle qui a allumé la mèche est l’agression du 8 octobre dernier, durant laquelle deux policiers ont été brûlés par une bande de racailles semble-t-il peu soucieuse de se « réconcilier » avec la France catholique.

Face à cette colère, le pouvoir n’a rien trouvé de plus habile que de demander à l’IGPN, la police des polices, de diligenter une enquête « afin de déterminer et de préciser les manquements individuels aux règles statutaires ».


Malgré cette menace, les marches policières parisiennes ont continué et ont fait tache d’huile en province. Toute la France policière se lève avec dignité : Toulon, Nice, Marseille, Nîmes, Boulogne-sur-mer, Montpellier, Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand, Nancy, Le Mans, Grenoble, Béziers, Rennes, Nantes, Montbéliard, Toulon, Strasbourg, Tours, Toulouse, Marseille, Forbach, Angoulême, Calais, La Roche-sur-Yon, Les Sables-d’Olonne.

Partout, la détresse est la même : la police manque de moyens matériels et humains face à la délinquance de masse, dont les principaux protagonistes, nous le savons tous, sont des bourgeois du XVIème et des suédois hostiles.

La police est dépassée par ce tsunami de haine et de violence qui s’abat sur la France. Impuissante, car dénuée de moyens d’action digne de ce nom, elle ne reçoit en retour que du mépris de la part de sa hiérarchie, des médias et de la bourgeoisie de gauche. Pire encore, il lui est demandé de faire le « sale boulot » de l’Antifrance, en allant réprimer les sursauts du pays réel, dans les événements type Manif pour tous ou Jour de colère.

Les forces de l’ordre savent qu’elles ne remplissent pas leur mission. Alors qu’elles voudraient mettre les racailles en prison, on les oblige à cogner sur les Français non reniés.

Au final, non seulement la police souffre de conditions de travail indécentes, mais en plus, elle a mauvaise conscience.

En tout état de cause, le mouvement est particulièrement intéressant car il a été lancé à partir des réseaux sociaux, en dehors de tout syndicat, et donc, en dehors de la nomenclature républicaine. Ainsi, il n’est pas sous contrôle et peut aller très loin. Gageons que les policiers, dont nombre d’entre eux jouent leur vie au quotidien, ne baisseront pas les bras facilement.

Parfaitement consciente de la situation, la nomenclature républicaine tente de récupérer le mouvement. Hier, plusieurs syndicats de police, non dénués d’humour, ont appelé à manifester « silencieusement » tous les mardis de 13 heures à 13 heures 30 devant les palais de justice. Ces mêmes syndicats devraient également bientôt être reçus par François Hollande.

De son côté, Cambadelis tente de diaboliser le mouvement qu’il qualifie d’« hors la loi » et qui, nous assure-t-il, est piloté en sous-main par le Front national.

La République, dont l’action consiste à détruire la France, a tout à craindre de ce mouvement. Pour imposer son idéal, elle ne dispose aujourd’hui plus que de la force et de la contrainte, ce qui nécessite d’avoir à sa disposition des instruments de répression disciplinés. Si elle perdait le soutien de la base des forces de l’ordre, la répression du pays réel deviendrait impossible.

En cette année 2016, face à une réalité de plus en plus invivable, le pays réel défie le régime avec une vigueur nouvelle, ainsi qu’en atteste les frondes des communes refusant de se faire coloniser.

Dans ce contexte de colère grandissante, la police continuera-t-elle à contenir la pression du pays réel avec autant de zèle ? La République semble elle-même répondre négativement à cette question.

Adrien Abauzit
25/10/2016
Auteur de Né en 1984 (Ed. Le retour aux sources, 2012)
Source

Il faut être connecté pour poster.