• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Politique

Manuel Valls en pleine lumière - par Pierre Hillard

Saluons le remarquable travail d’Emmanuel Ratier, qui montre que Manuel Valls, véritable Janus, ne sert qu’une seule politique : le mondialisme.


Alors que 64 % des Français estiment que Manuel Valls est un bon Premier ministre, selon un sondage BVA publié hier, la lecture du livre d’Emmanuel Ratier (Le vrai visage de Manuel Valls), est véritablement un bain de jouvence. Journaliste et rédacteur d’une lettre bimensuelle traitant de la politique nationale et internationale, Emmanuel Ratier a su révéler la véritable personnalité de Manuel Valls. Si l’on se réfère aux médias officiels, l’actuel Premier ministre est présenté comme un descendant d’une famille anti-franquiste absolue, un immigré catalan aux origines modestes devenu français à 20 ans, ainsi qu’un farouche défenseur d’Israël et de la cause sioniste. Grâce à un véritable travail d’investigation, son auteur a pu révéler le pot aux roses à partir d’une documentation étayée et implacable.

La famille paternelle de Manuel Valls est issue de la grande bourgeoisie catholique catalane.

La défaite de la bobocrate NKM à Paris n’est-ce pas plutôt une bonne nouvelle pour la droite ? - par Adrien Abauzit

Les motifs de satisfaction de ces élections municipales sont nombreux. Nous nous permettrons de souligner l’un d’entre eux, sur lequel les divers commentateurs n’ont que trop peu insisté : la défaite  de Madame Nathalie Kosciusko-Morizet.


Cette défaite est on ne peut plus importante. En effet, aussi incroyable que cela puisse paraître, malgré son absence totale de charisme, de stature et de singularité idéologique, Madame Kosciusko-Morizet se considère comme présidentiable. Ses atouts ? Ses réseaux, en partie hérités de son père, et sa « bobo-compatibilité », qui lui assure une certaine bienveillance des médias.

Disons le simplement : la montée en puissance de Nathalie Kosciusko-Morizet est un danger pour la droite réelle. Depuis plusieurs décennies, la droite légale souffre d’un dérèglement de l’esprit. Son seul souci, est de ne pas heurter les convenances politiques et idéologiques de la gauche. Sa seule crainte est, non pas de décevoir son propre camp, mais de décevoir le camp adverse. En d’autres termes, la droite légale cherche à être dans les clous de la gauche. Résultat : la droite légale ne se différencie plus en rien de la gauche.

Les élections municipales s’inscrivent dans le nouvel ordre mondial - Par Pierre Hillard

Le nouveau livre de Pierre Hillard, Chroniques du mondialisme, paraîtra aux éditions Le retour aux sources le 25 mars prochain.


Lors des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, les Français sont appelés à renouveler les conseils municipaux de plus 36.000 communes. Cette action, qui concerne la population dans sa vie de tous les jours, va bien plus loin qu’un simple changement de personnel, peu importe l’étiquette politique. En effet, les conseils municipaux ne sont qu’une strate de toute une organisation allant du local au global. L’ensemble doit être vu comme l’imbrication d’une série de poupées russes. Dans les tentatives d’instauration d’une gouvernance mondiale reposant sur une volonté de gestion planétaire à tous les degrés, il est nécessaire de relever l’ensemble des instituts et acteurs agissant en faveur de la démocratie locale.

Garry Leech : « Que la révolution commence »...

Nous vous livrons ici la traduction d'un texte essentiel de l'auteur de « Le Capitalisme, un génocide structurel ». Quelque chose nous dit que chez les droitards, sa lecture va provoquer quelques sérieux grincements de dents...


Qu'est-ce que nous attendons ? Combien de temps allons-nous rester assis à ne rien faire et à regarder les bellicistes politiques déployer leurs drones, leurs navires de guerre, leurs bombardiers furtifs, leurs missiles, nos fils et filles et, finalement, leurs armes nucléaires, contre les peuples les plus pauvres du monde ? Combien de temps allons-nous rester indifférents aux entreprises bellicistes maniant leurs baguettes magiques bénéficiaires, qui remplissent à craquer leurs portefeuilles et leurs bedaines, pendant que des millions d'enfants meurent de faim et de maladies évitables ? Combien de temps allons-nous accepter l'inégalité injuste des 1 % empochant une part largement disproportionnée de la richesse créée par le labeur des 99 % ? Combien de temps allons-nous accepter passivement la folie suicidaire consistant à violer et piller les ressources limitées de notre planète, au point qu'aucun de nous ne sera en mesure de survivre ? Que la révolution commence ! La vidéo...

Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen doivent-ils s’unir pour battre François Hollande en 2017 ?

La droite institutionnelle est-elle à la veille d’un grand bouleversement ?

Deux évènements sur lesquels les médias se sont peu attardés le laissent supposer : la volonté de Nicolas Sarkozy de créer un nouveau parti, délaissant ainsi l’UMP, et le désir de Marine Le Pen de changer le nom du Front national.


Si un tel scénario était amené à se produire, il ne resterait pas grand-chose de la droite institutionnelle actuelle, ce qui, en soi, est une excellente nouvelle tant cette pseudo-droite ne se distinguait en rien de la gauche libérale-libertaire.

La dédiabolisation du FN passe par son changement de nom

Quoiqu’elle dise et quoiqu’elle fasse, Marine Le Pen sait qu’on lui reprochera toujours les origines de son parti et que l’épée de Damoclès du soupçon de fascisme pèsera sur elle tant qu’elle portera une étiquette sur laquelle il est marqué Front national.

Rapport sur l'intégration : la gauche veut défranciser la France !

Texte rédigé par Adrien Abauzit, auteur de Né en 1984.

Jeudi 12 décembre 2013, un rapport sur l’intégration, rédigé officiellement par des représentants de l’Etat, des membres d’associations, de collectivités territoriales et de syndicats, a été publié sur le site de Matignon.


Dans la lettre de mission remise aux rédacteurs du rapport l’été 2012, Jean-Marc Ayrault avait fixé un cap : « refonder notre politique d’intégration suppose de répondre à l’attente des personnes immigrées et de leurs descendants : être considéré comme n’importe quel Français ».

Avec un axe de réflexion aussi stupide et tordu, il fallait s’attendre au pire. Et de fait, le contenu de ce rapport est une déclaration de guerre au peuple français.

Abolition de l’histoire de France et révisionnisme bobo-orwellien

Les rédacteurs du rapport préconisent la remise à plat de l’enseignement de l’histoire. Ces derniers semblent gênés par le fait que « L’histoire enseignée se réfère à des figures incarnées qui demeurent très largement des ‘grands hommes’ blancs et hétérosexuels». Aussi ces derniers concluent-ils : « Il y a donc un enjeu fort à faire évoluer le panthéon des figures censées incarner les grands mouvements, les époques et les dynamiques plurielles de la société ».