• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

« Brûlons complètement la maison » | Par James howard Kunstler

Il y a une nouvelle fonctionnalité à l’économie tout-va-et-rien-ne-compte : rien-ne-se-crée.

Les magiciens qui prétendent mesurer la croissance du PIB (produit intérieur brut, soit la valeur monétaire de tous les biens et services finis) ont sorti un chiffre ajusté pour le deuxième trimestre de 1,2%. Cela doit être interprété par quiconque est familier avec les statistiques économiques de base comme parfaitement lamentable. Et pourtant, le Bureau of Labor Statistics a sorti un brillant rapport de 255 000 embauches non agricole pour juillet, bien au-dessus des prévisions de 180 000.

Il y a tellement de façons de truquer le nombre d’emplois – entre les personnes forcées de travailler pour un emploi de merde et le modèle naissance / décès notoirement utilisé pour faire dire tout ce qu’on veut aux anciens chiffres à des fins politiques – que personne ne peut prendre cette information au sérieux. Quoi qu’il en soit, le chiffre du PIB a été instantanément oublié et celui de l’emploi a lancé les marchés boursiers vers une altitude record précédemment inexplorée.

C’est la bonne époque de l’année pour les boys des hedge funds, avec leur testostérone partant en vrille, pour commencer à brûler leurs contrats de locations de maison dans les Hamptons [Lieu de vacances ultra-chic près de New-York, NdT]. Et c’est aussi le bon moment de l’année pour descendre en flammes un système financier de plus en plus stressé. Et, bien sûr, c’est une saison d’élection présidentielle. Même pour un allergique aux théories du complot, il n’est pas exagéré d’imaginer un effort coordonné par les banques centrales – sous la direction du gouvernement – pour générer de l’argent Out-Of-Thin-Air [argent sorti de nulle part, cf. Quantitative Easing, NdT] dans le but de permettre aux flux de liquidités d’inonder les marchés boursiers et obligataires américains afin de peindre une fausse image de sauvetage, de manière à assurer l’élection d’Hillary Clinton. Je pense que c’est exactement l’idée derrière les récentes activités d’impression monétaire par les banques centrales européenne, japonaise et la Banque d’Angleterre.

Pourquoi cet argent finirait-il sur les marchés américains ? À cause des obligations, parce que les rendements souverains de la zone Euro et les obligations japonaises sont en territoires négatifs et que la Banque d’Angleterre a juste coupé son taux préférentiel pour le passer en dessous du taux préférentiel de la Réserve fédérale des États-Unis [qui n’est ni réserve, ni fédérale, NdT] ; et pour les actions, parce que la valeur des trois autres monnaies glisse vers le bas et que le dollar a augmenté – donc, quittez votre devise en perte de vitesse pour le dollar qui monte et venez vous coller au pot de confiture de la hausse des actions US. Cela va marcher jusqu’à ce que cela s’arrête.

Pourquoi faire cela pour Hillary ? Parce qu’elle représente la continuité de tous les rackets actuels utilisés pour soutenir la croyance dans le modèle d’affaires en perdition de la civilisation occidentale. Si elle n’est pas propulsée à la Maison Blanche, il n’y aura aucun appui aux banques insolvables et aux gouvernements en faillite et un message TILT apparaîtra dans le ciel. Ce message est susceptible d’apparaître quand même parce que, rappelez-vous, les autorités n’ont que la prétention de pouvoir gérer les événements. En fait, l’ensemble de leurs stratégies et manigances de gestion assure seulement la poursuite de la distorsion du système d’exploitation de base, qui est déjà hors de tout contrôle après les vingt ans d’efforts de gestion précédents alors que rien dans les marchés bancaires ne fonctionne plus vraiment.

Les entreprises ne gagnent pas d’argent, en dépit de la hausse des prix des actions. Personne doué de bon sens n’achète des obligations avec des rendements négatifs – qui promettent de rembourser moins que le capital au fil du temps – et ce sont les gouvernements qui doivent faire semblant de les acheter. En fait, ils ne le font que par des jeux d’écriture avec les trésors nationaux. Et, bien sûr, la masse des gens dans toutes ces nations – y compris les gogo américains – s’enfoncent toujours plus profondément dans la misère chaque mois qui passe.

Le relâchement de la tension accumulée se fait sentir dans le jeu politique, où les candidats outsiders ici et à l’étranger sont en hausse et surfent sur une vague de colère et de ressentiment. L’irresponsabilité et la bêtise des élites a été épique, sacrifiant tout pour maintenir l’illusion de la normalité. Rien n’est normal et le peuple s’en rend enfin compte. Malheureusement, il semble que la politique et la finance vont plonger simultanément. Les banques trop grandes pour faire faillite enchaînées les unes aux autres sont déjà en train d’étouffer avec leur suicide aux produits dérivés. Les marchés d’actions sont à un accident d’algorithme près de plonger. Les marchés obligataires sont une blague. Et Hillary peut gagner le prix de consolation de présider l’épave fumante de tout ce bordel. Quand cela arrivera, elle n’aura aucune idée de ce qu’il faut faire.

James Howard KunstlerJames Howard Kunstler
15 août 2016
Traduit par le Saker Francophone.
Article original sur Kunstler.com

Note du Saker Francophone : Beaucoup de mots pour dire que la pression monte du côté financier et que les élections américaines devraient être chaudes. Kunstler semble être passé à côté des DTS et de la dé-dollarisation... On verra avec les évènements comment il perçoit l'évolution de la société américaine, qui reste le gros morceau de l'Empire.

 

Il faut être connecté pour poster.