• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Tout va très bien Madame la préfète | Par Adrien Abauzit

Bien que notre régime ne soit ni dictatorial ni liberticide, nous vivons de toute évidence dans un monde totalitaire.


Pourquoi ? Parce qu’à l’instar de la situation en URSS, le « citoyen » français est sommé de se rallier à l’idéologie du parti gouvernant ; idéologie qui est matraquée quoi qu’il arrive par le pouvoir, quelque puissent être les circonstances.

L’inconvénient, c’est qu’en France, depuis maintenant plusieurs décennies, la parole n’est pas libre, puisque celui qui a le malheur de trop s’éloigner de l’idéologie du parti est frappé, d’une façon ou d’une autre, d’ostracisme.

Le positif, c’est que lorsque le réel s’éloigne trop de l’idéologie du parti, nous assistons alors à des scènes hautement comiques.

Le dernier exemple en date nous a été donné, calmement, presque le sourire aux lèvres, par Madame la préfète, Fabienne Buccio.

Le pouvoir sait que beaucoup de Français sont terrorisés par les migrants, qui pour un certain nombre sont hors de contrôle.
Ainsi, lorsque, suite à l’évacuation de la « jungle » par les futurs Montaigne, ces derniers déclenchent le plus grand incendie en zone urbaine que la France ait jamais connu en temps de paix ; lorsque des images,-qui peut-être doivent nous évoquer notre avenir-, nous montrent d’immenses champs de flammes, on raconte aux braves « citoyens » qu’il ne s’agit ni d’un acte d’hostilité, ni de représailles contre la France, ni de l’expression d’un ressentiment, ni d’un message de terreur, ni d’un avertissement, mais d’une simple… « tradition de la population migrante », qui consisterait à détruire son habitat avant de partir, afin de « nettoyer les lieux ».

L’argumentation est parfaitement crédible. Qui n’a jamais songé à nettoyer son logement en déclenchant un incendie à l’aide de bonbonnes de gaz ?

Petite question néanmoins Madame la Préfète. Le caillassage des pompiers venus éteindre l’incendie faisait-il aussi partie des traditions des populations migrantes ?

Plus sérieusement, il apparaît qu’une énième fois, les Français sont pris pour des imbéciles par la nomenclature républicaine. Plutôt que de leur dire la vérité sur les dangers qui les attendent, on préfère tenter de les endormir avec des histoires à dormir debout, et totalement grotesques.

Le démantèlement de la jungle est une excellente nouvelle.
Pour les calaisiens d’abord, qui vont pouvoir restaurer l’image de leur ville et vivre plus tranquillement.
Et pour la cause française ensuite, car la « dissémination » des migrants à travers la France ne manquera pas d’ouvrir les yeux à quelques tartufes lobotomisés par le politiquement correct.


Adrien Abauzit
28/10/2016
Auteur de Né en 1984 (Ed. Le retour aux sources, 2012)
Article original sur Suavelos

 

Il faut être connecté pour poster.