• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Actualité auteurs

Libérale et sécuritaire : la gauche liberticide | Conférence de Lucien Cerise à Lille

E&R Lille recevra Lucien Cerise et un second intervenant (qui a préféré rester anonyme) le dimanche 31 mai 2015 à 14h à Lille pour une conférence sur le thème : « Libérale et sécuritaire : la gauche liberticide »

La révolution sécuritaire à l’oeuvre depuis le milieu des années 1970 conduit à une mutation de l’État vers une forme autoritaire. Un moment important de cette révolution est le virage idéologique de la gauche française qui s’ébauche dès 1983, se confirme au milieu des années 1990 et s’intensifie encore depuis l’élection de François Hollande.

Soumission aux intérêts de la finance mondialiste, intégration européenne à marche forcée et réduction des libertés publiques sont les trois volets des changements en cours. En comprendre les raisons suppose de reconstituer le fil des événements historiques qui ont conduit à la situation que nous connaissons.

L’abandon de la gauche du travail au moment du tournant de la rigueur a été compensé dans la décennie 1980 par des politiques de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et le Front national. Avec la montée en force du modèle néoconservateur du choc des civilisations sur fond de guerre contre le terrorisme depuis le début de la décennie 2000, la question sociétale, qui avait d’abord remplacé la question sociale, laisse progressivement la place à la question ethnique. Faisant de l’islam un bouc émissaire, celle-ci permet d’instrumentaliser la menace terroriste à des fins sécuritaires et liberticides. Les dernières lois, notamment celle sur le renseignement, achèvent la mue sécuritaire du Parti socialiste.

Entrée : 8 euros.
Réservation obligatoire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Voir aussi : Atelier de ré-information active - Lucien Cerise à Lille | Samedi 30 mai 2015.

« Risques financiers, sociaux & radicalisation » | Conférence de Piero San Giorgio à Liège | Le 20 juin 2015.

Samedi 20 juin 2015 aura lieu la deuxième conférence de Piero San Giorgio à Liège : « Risques financiers, sociaux & radicalisation »

Le lendemain, dimanche 21, un stage d'initiation aux premiers soins tactiques sera organisé en présence de Piero San Giorgio.

Programme :
Samedi 20 juin :
- 16h séance de dédicaces (2 rue des guillemins à Liège)
- 19h conférence (Liège, lieu communiqué à la réservation) prix : 12€
Dimanche 21 juin :
- 9h stage d'initiation aux premiers soins tactiques en présence de Piero

(Liège, lieu communiqué à la réservation)
Prix : 150€ (+2 places de conférence offertes!)
Informations et inscriptions.
Rejoindre l'événement Facebook.
Revoir la conférence de décembre 2013.

Entretien avec Francis Cousin dans la revue « Rébellion » | « L’être contre l’avoir ».

Paru dans le numéro 56 de la revue Rébellion

L'AUTEUR VIENT DE PUBLIER UN LIVRE "L'ETRE CONTRE L'AVOIR" SOUS-TITRÉ "POUR UNE CRITIQUE RADICALE DU FAUX OMNIPRÉSENT..." 1
D'UN GRAND INTÉRÊT POUR CE QUI CONCERNE LE REJET DE TOUTE LA DYNAMIQUE NOUS AYANT CONDUIT JUSQU'À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE DE LA POURRITURE ENVAHISSANTE DU CAPITAL ET NOUS PROPOSE DE NOUS RÉENRACINER DANS L'ANCESTRALE RÉSISTANCE À LA DICTATURE DE L'AVOIR AFIN D'ABANDONNER CELLE-CI ET DE LA SURMONTER DÉFINITIVEMENT.

Rébellion/ Même si un communiste authentique ne ressent pas la nécessité de mettre en avant des détails autobiographiques, vous serait-il possible d'évoquer les étapes de votre prise de conscience vous ayant conduit au communisme ?

Francis Cousin/ Au début des années 1970, juste au sortir de la grande grève générale de 1968 qu'avaient eu tant de mal à étouffer l'extrême gauche et la gauche du Capital, je me suis enthousiasmé, alors jeune collégien, pour ce grand temps fort de parole émancipée où par-delà les impostures du carnaval estudiantin de la modernisation mercantile des mœurs, les êtres humains s'étaient employés à retrouver massivement le chemin d'un vrai dialogue de vie remettant en cause le spectacle démocratique du despotisme de l'argent. A l'époque existait tout un milieu radical maximaliste qui savait bien que les pays de l'Est n'avaient jamais été que des capitalismes d'Etat et que le bolchévisme avait dès l'origine prouvé qu'il n'était qu'une structure d'exploitation et de domination qui s'était d'ailleurs prioritairement employée à massacrer les prolétaires qui tels ceux de la Commune de Kronstadt, expliquèrent que l'étatisation policière des forces productives de l'aliénation n'était rien d'autre qu'une forme culminante de l'asservissement de l'homme à la machinerie du profit.

Trois questions à Lucien Cerise (3/3)

Des lecteurs de Scriptoblog et des éditions Le Retour aux Sources adressent parfois des questions aux auteurs et membres de l’équipe. Deux lecteurs qui souhaitent rester anonymes et Lucien Cerise vous proposent des extraits de cette correspondance qui pourront intéresser un plus large public.

J’ai le sentiment que lorsque l’on parle de la langue universelle de Babel et donc du nouvel ordre qui vient, nous parlons en réalité des mathématiques. Parce qu’il me semble que seules les mathématiques transcendent la subjectivité de chacun. Est-ce juste selon vous ?

Lucien Cerise. Votre question m’évoque l’univers de la pensée kabbalistique. Les kabbalistes prétendent que les mathématiques sont le langage de Dieu, ce qui correspondrait effectivement à la transcendance ultime de la subjectivité. Je crois que c’est surtout pour légitimer une approche pseudo-spirituelle du monde en termes de grands nombres et qui soit compatible avec le capitalisme. Ceci permet de donner un supplément d’âme à ce qui resterait, sinon, de la gestion technocratique ennuyeuse de flux numériques. On pense au Centre de la Kabbale fondé par le rabbin Shraga Feivel Gruberger, alias Philip Berg, ancien assureur reconverti dans le judaïsme people et que des célébrités milliardaires comme la chanteuse Madonna fréquentent assidûment et financent généreusement à New York ou en Californie. C’est le règne de la quantité, dénoncé par René Guénon ou par la phénoménologie (Husserl, Heidegger), univers cybernétique et capitalistique fondamentalement incompatible avec toute spiritualité.

« Nouvel ordre mondial, ordre ou chaos ? » | Conférence de Pierre Hillard & Alain Soral à Lyon.

Pierre Hillard et Alain Soral présenteront ensemble la conférence : « Nouvel ordre mondial, ordre ou chaos ? »

Le vendredi 15 mai 2015 au soir à Lyon ou en proche périphérie.  

Pour y assister, la réservation est obligatoire à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Merci de mentionner le nombre de places demandées, l’identité de tous les participants ainsi qu’un numéro de téléphone portable.

Le lieu de conférence sera indiqué par courriel et SMS  quelques heures avant l’horaire indiqué.  

Entrée : 10 € à payer sur place.
La conférence est organisée par E&R Rhône-Alpes.
Le nombre de places étant limité, il est urgent de réserver vos places.
Les réservations de dernières minutes ne pourront pas être traitées.

Trois questions à Lucien Cerise (2/3)

Des lecteurs de Scriptoblog et des éditions Le Retour aux Sources adressent parfois des questions aux auteurs et membres de l’équipe. Deux lecteurs qui souhaitent rester anonymes et Lucien Cerise vous proposent des extraits de cette correspondance qui pourront intéresser un plus large public.

Il me semble qu’il n’existe que trois différents types de liens sociaux qui puissent structurer une société humaine. Le premier type de lien est sanguin (ex : famille, clan, tribu), le deuxième type est intellectuel (ex : sujet d’un royaume, citoyen d’un État), et enfin le troisième type est magique (ex : religion). Êtes-vous d’accord avec cela et si oui, lorsque l’on parle de société traditionnelle, à quel type de lien fait-on allusion ?

Lucien Cerise. Les trois types de liens sociaux que vous mentionnez ont un point commun : ils passent tous par le langage, donc par l’épigenèse. Pour qu’un lien social quelconque puisse se nouer et se structurer, il doit être mis en conscience, donc faire l’objet d’une représentation. Un lien social inconscient, non représenté, est dénué d’efficience. Cette représentation consciente du lien social doit être évidemment indexée sur le réel dans ses grandes lignes. Dans un premier temps, le lien social doit donc être un « savoir » assumé consciemment dans le langage et correspondant à une réalité objective hors langage et « naturelle », au sens de donnée. Dans un deuxième temps, le lien est intériorisé et il devient une seconde nature, sur la base de la première nature, mais sans lui être identique, car le mot n’est pas la chose. C’est dans cet interstice épigénétique que la part de construction culturelle, voire de déformation psychosociale, vient se glisser, entre la première nature donnée, et la deuxième nature construite et intériorisée sur la base de la première.

Sous-catégories