• Bienvenue

    A l'origine de Scriptoblog, il y a une conviction : pour nous, la littérature doit parler de la vie et pas de la morale, sauf quand la morale sert la vie. Nous refusons les visions désincarnées, les idéaux ne nous parlent que s'ils parlent du réel. Toutes les rêveries du monde ne remplaceront pas une paire de bottes par temps de neige ou un gilet pare-balles en temps de guerre.

  • Michel Drac

    « Nous approchons d’un moment critique dans l’histoire de notre pays. Pour la première fois depuis longtemps, il devient envisageable qu’en France, un gouvernement de rupture arrive aux affaires, dans quelques années. Dans ces conditions, nous devons changer de point de vue. Critiquer n’est plus suffisant : il faudra être capable de proposer quelque chose… »
  • Carroll Quigley

    Grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière…
  • James Kunstler

    Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise…
  • Jack Donovan

    Depuis un certain temps, la société occidentale a déclaré la guerre à la virilité : théorie du genre, féminisme, mondialisme, déracinement. Jack Donovan relève le défi. Il balaie l’échiquier d’un poing rageur. Son projet : détruire cette civilisation pour libérer les hommes afin qu’ils retrouvent leur vraie nature..
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Entretiens

Piero San Giorgio : « Il y a de quoi transformer la Bretagne en une grande base autonome durable (BAD) »

24/08/2016 – 06H00 Bretagne (Breizh-info.com) – L’Allemagne a annoncé un grand plan afin que des réserves en vivres, eau, médicaments, etc..soient constituées au sein de la population. Signe d’une crise grave à venir, ou simple précaution, les observateurs de l’évolution de nos sociétés européennes n’ont pas manqué de souligner qu’un cap avait été franchi avec cette annonce.

Nous avons interrogé à ce sujet Piero San Giorgio, auteur du Best-Seller « Survivre à l’effondrement économique », qui vient de publier un nouveau livre (disponible ici) intitulé : NRBC « survivre aux évènements nucléaires radiologiques, biologiques et chimiques ». Livre rédigé en collaboration avec Cris Millennium, Ancien chef de la cellule « Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique » du GIGN, prestigieuse unité de contre-terrorisme. Que pense-t-il de l’annonce de l’Allemagne ? Comment analyse-t-il les évènements qui s’enchainent en Europe (crise économique, migrants, terrorisme islamiste ..) ? Quels conseils souhaite-t-il donner ? Réponses ci-dessous.

Breizh-info.com : que pensez vous de l’annonce faite par l’Allemagne à sa population de l’obligation de stocker vivres et eau ? Est-on proche d’un basculement ?

Piero san Giorgio : visiblement, le gouvernement allemand, depuis la fin de la guerre froide, est revenu sur une décision qui est salutaire ; proposer, suggérer à sa population d’avoir un minimum de résilience en cas de problèmes lourds. En cas de catastrophe. La plupart des gouvernements ont toujours sur leur site Internet, notamment en France sur le site du ministère de l’Intérieur, une circulaire, un document, qui propose à la population d’avoir au moins trois jours de nourriture, d’eau, des couvertures, lampes de poches, en cas de catastrophe probablement naturelle mais qui peut s’étendre à d’autres types de problèmes.

san_giorgio_piero_BAD

« Les cinq stades de l’effondrement » | Entretien avec Dmitry Orlov.

« Il y une décennie et demie, le monde est passé de bipolaire à unipolaire, parce que l’un des pôles s’est désagrégé : l’Union soviétique n’est plus. L’autre pôle – symétriquement appelé les États-Unis – ne s’est pas (encore) désagrégé, mais il y a des grondements menaçants à l’horizon. L’effondrement des États-Unis semble aussi improbable maintenant que l’était l’effondrement de l’Union soviétique en 1985. L’expérience du premier effondrement peut être instructive pour ceux qui souhaitent survivre au second. »Dmitry Orlov


Orlov

Si vous nous lisez depuis ces deux dernières années, vous avez eu le plaisir de suivre la pensée de Dmitry, grâce à ses articles quasi hebdomadaires. En plus d’un grande érudition et d’une pensée en effervescence souvent teintée d’un humour caustique, Dmitry est aussi d’un abord très simple et nous entretenons avec lui une relation de confiance pour améliorer les traductions et aider à la diffusion des idées alternatives au Système.
- Entretien réalisé par le Saker Francophone.

 Le Saker Francophone : – Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Dmitry Orlov : – Je suis quelqu’un qui tape sur un ordinateur portable. C’est très certainement vrai; personne ne conteste cela. Tout le reste me concernant n’est pas aussi certain. Je ne cherche pas à être timide, seulement à dire la vérité. La plupart des faits sur moi semblent quelque peu contradictoires. J’ai un diplôme d’ingénieur, mais je traite les sciences de l’ingénieur comme un passe-temps. Je suis diplômé en linguistique, matière que je traite aussi comme un passe-temps. J’écris des livres et des articles, pas comme un passe-temps, mais je ne suis pas un humaniste ou un littéraire. J’ai vécu pendant de nombreuses années aux États-Unis, et je connais l’anglais beaucoup mieux que la plupart des Américains, mais je suis russe et à la maison on ne parle que russe. Il n’est même pas possible de dire précisément où je vis, parce que nous vivons sur un voilier, qui se déplace d’un endroit à l’autre. Donc la meilleure chose à faire est de simplement lire ce que je vous écris, et ne pas essayer d’y lire qui je suis, parce que rien de tout cela n’est particulièrement pertinent. Ma motivation pour l’écriture est très simple : je veux donner un sens au monde, pour moi-même, et pour toute autre personne qui pourrait être intéressée.

Entretien avec Dmitry Orlov : « L'Europe est en avance sur les États-Unis dans toutes les catégories clef du retard d'effondrement ».

J'ai découvert les textes de Dmitry Orlov — comme la plupart des bonnes choses sur l'internet — en laissant le hasard et la curiosité me guider de lien en lien. Ce fut l'un de ces moments éclairants où un grand nombre de questions confuses trouvent leur réponse en même temps que leur formulation correcte. Par exemple, l'existence de similitudes fondamentales entre l'Union soviétique et les États-Unis était pour moi une vague intuition, mais j'aurais été incapable d'en dresser la liste détaillée comme le fait Dmitry. Il faut avoir vécu dans les deux empires croulants pour cela.

Je dois dire que mon enthousiasme fut peu partagé par mon entourage, à qui je donnais à relire les traductions. C'est bien naturel : qui a envie de s'entendre expliquer comment notre monde de confort matériel, d'opportunités individuelles et de progrès irrésistible s'apprête à s'écrouler sous le poids de sa propre expansion ? Certainement pas les générations de l'après-guerre, élevées dans la croissance pétulante des Trente Glorieuses (1945-1973), bien installées dans leur existence de consommateurs moyens depuis les années 1980, et désireuses de profiter d'une vieillesse hédonique en se persuadant que, malgré les tragédies économiques ravageant la société autour d'eux, leurs petits-enfants bénéficieront plus ou moins du même mode de vie moelleusement industrialisé. La génération de leurs enfants est davantage réceptive à la notion de déclin économique — à des degrés variables cependant, en fonction de la décroissance de leur propre pouvoir d'achat et du niveau d'accablement quotidien de leur emploi (quand ils en ont un).

Pleins phares sur l’odieux commerce qui se cache derrière la GPA | Entretien avec Maria Poumier.

Maria Poumier présente dans son dernier livre, Marchandiser la vie humaine (aux éditions Le Retour aux Sources), le business et les stratégies politiques entourant l’instauration de la Gestation Pour Autrui /Procréation Médicalement Assistée.

Article paru dans Rivarol n° 3228 du 24 mars 2016.

Rivarol : Qu’est-ce qui vous a amenée à vous opposer à la GPA/PMA ?
Maria Poumier : Je suis une grand-mère marxiste : deux formations complémentaires, si je peux dire, qui me font voir assez loin dans le passé et dans l’avenir, à partir de mes propres aventures et mésaventures. J’avais 18 ans en 1968, et je ne voyais absolument aucune raison de refuser l’avortement ; je n’imaginais pas que le Planning familial américain, voire ses antennes dans d’autres pays, puisse encourager l’avortement tout simplement pour revendre les fœtus, comme on le sait maintenant. Je suis très inquiète de voir que les jeunes ne soupçonnent pas qu’on puisse les utiliser pour des intérêts sordides, quand on les flatte en termes de liberté et de droits qui leur seraient dus.

Michel Drac : « Dans l'histoire, quand un pouvoir n'a plus de cartes à jouer, il renverse la table. »

triangulationLe philosophe Michel Drac analyse la trajectoire de la France dans des temps incertains.
Entretien pour Kernews.

Le système a atteint ses limites, tout le monde le sait. Comme le ferait un mathématicien, peut-on analyser la trajectoire de la France d’après une triangulation à partir de sa politique étrangère, sa politique économique et sa politique intérieure ? Tel est l’exercice auquel s’est attaché le philosophe Michel Drac dans son dernier livre « Triangulation : repères pour des temps incertains ». Michel Drac est essayiste et diplômé d’école de commerce. Il a créé le «concept fractionnaire». Il se dit «persuadé que ce sont les minorités qui incubent les systèmes de représentation» et il suggère à la dissidence française de s’organiser en «contre-société fractionnaire», pour prospérer «à l’intérieur de la société ordinaire» avant de prendre le contrôle de celle-ci par une stratégie méthodique d’infiltration. Dans cet ouvrage, il invite le lecteur à envisager la France d’après, en estimant qu’il sera plus intéressant pour les Français de vivre après la France, que de vivre avec la France. Il nous explique sa vision de la France de demain.

«Triangulation : repères pour des temps incertains » de Michel Drac est publié par les éditions Le Retour aux sources.
Ecoutez l’entretien entre Yannick Urrien et Michel Drac diffusé vendredi 8 janvier 2016 sur Kernews :

« On a des dirigeants qui ne peuvent pas empêcher la catastrophe et, à un certain moment, le Daladier de service va se retrouver devant la catastrophe et il ne pourra rien faire. »

Francis Cousin | « De la Fête de la Musique à la Techno Parade et la Gay Pride, le divertir est diversion par essence... »

QUELLE DÉFINITION PEUT-ON DONNER DE LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE ?
Paru dans le numéro 51 de la revue Réfléchir & Agir


La société du spectacle est le stade ultime du fétichisme de la marchandise qui exprime l’aliénation humaine sans restriction puisque le mode de production capitaliste s’étant emparé de la totalité du monde, il règne désormais sur l’entièreté de la vie humaine assujettie.

La réification démocratique de tous les comportements humains étant terminée, l’ensemble de ce qui était jadis directement vécu en naturalité d’être s’est intégralement éloigné dans les représentations factices de l’avoir et du simulacre. Le Tout de la naturalité humaine s’est vu alors transmuté en chosification planétaire de l’existence. La production marchande a fini par se produire comme marchandise universelle d’inversion absolue en tant que l’humanité y est là entièrement séparée d’elle-même dans un système circulatoire d’objets qui se construit comme spectacle d’images du réel renversé où tout le vrai se présente comme faux dans le même temps où tout le faux s’affiche comme vrai.
La révolution néolithique a tué les ancestrales communautés sans argent et sans État pour les reconvertir en sociétés de la possession et de l’étatisme. Ainsi, la vie cosmique a commencé à subir l’arraisonnement du mouvement du travail des échanges pour que l’on parvienne - à partir de l’Ancien Régime intermédiaire- à ce que la domination encore formelle du Capital se convertisse en sa domination réelle lorsque la première boucherie impérialiste permit de faire surgir les débuts du capitalisme intégral. À mesure qu’il sut à la fois absorber et liquider les derniers vestiges de son antériorité, le temps irrévocable de la mesure marchande a su ainsi devenir, suite au second carnage mondial, l’unité définitive de la planète spectacularisée comme accumulation infinie des utilisations de la valorisation.